Logo
Bandeau Haut
 
 

FAQ Fibre optique


Q : Un épanouisseur est il nécessaire pour raccorder un câble fibre optique mini breakout ?
R : Non, le câble à fibres optique mini breakout est un câble en structure serrée qui permet un raccordement direct, c’est l’un de ses avantages

Q : Existe-t-il un moyen de raccorder directement une fibre 250µm structure libre ?
R : Les méthodes d’épissurage mécanique et fusion permettent l’installation de connecteurs sur une structure 250µm via un pigtail

Q : Qu’est-ce qu’un pigtail ?
R : Le pigtail est un demi cordon simplex 900µm (connecté d’un seul côté) qui permet le raccordement des fibres par épissurage

Q : Y’a-t-il plusieurs structures de pigtail ?
R : Oui, il existe des pigtails en structure serré et semi serrée.

Q : La technologie Easy strip est-elle un réel avantage
R : Oui, Easy strip signifie facile à dénuder. Les pigtails dits « Easy strip » sont dénudables facilement et permettent un gain de temps lors de la réalisation d’épissures.

Q : Peut on coupler une fibre OM3 et une fibre OM2 ?
R : Oui, le cœur étant de même taille c’est-à-dire 50µm

Q : Peut on coupler une fibre OM1 avec une fibre OM2 ?
R : Oui, mais il faut savoir qu’aux points de connexions, une très forte atténuation est constaté dans le sens OM1 vers OM2

Q : Peut on coupler une fibre multimode avec une fibre monomode ?
R : Non, la différence entre la taille des cœurs de fibre est trop importante. Les longueurs d’onde utilisées en multimode et monomode ne sont en plus pas les mêmes.

Q : Les cordons conditionneurs de mode ont-ils pour fonction de convertir un signal monomode en signal multimode ?
R : Non, les cordons conditionneurs de mode sont destinés à des applications 1000LX et permettent d’augmenter les distances de travail sur un support multimode 62.5/125 avec une injection de type Laser. Ils ont pour fonction première de décaler le signal dans l’âme multimode grâce à un brin monomode.

Q : Combien de cassettes d’épissurage peut on superposer dans les tiroirs optique Gigamedia ?
R : Jusqu’ à 4 cassettes d’épissurage GGM CASSEPFB et GGM CASSEPFS

Q : Une fibre OM1 peut-elle supporter une application 10Gbit du type 10GBaseS ?
R : Oui sur une distance maximale de 33m. Pour des liens jusqu’ à 82m, il faut préférer l’OM2 et jusqu’à 300m, une fibre OM3

Q : Peut-on remplacer une fibre OM1 par une fibre OM2 ?
R : Oui a partir du moment ou la fibre OM2 n’est pas directement couplé avec une fibre OM1 La fibre OM2 est plus performante et généralement plus économique

Q :Existe-t-il un code couleur normalisé pour les câbles à fibre optique ?
R : Oui, le code couleur FOTAG selon l’IEEE 802.8

Q : Les fibres monomodes au standard G652B et OS1 sont elles compatibles ?
R : Oui, ce sont deux standards adaptés aux fibres monomodes développés en parallèle par l’UIT & l’ISO

Q : Quels sont les outils indispensables pour certifier une installation outre le testeur ?
R : produits de nettoyage (50% des problèmes de recette sont dus à des salissures au niveau des connecteurs ou raccords optiques)

Q : Peut-on certifier une installation Fibre optique via un Kit de test de perte ?
R : Oui a partir du moment où l’appareil est en mesure de déterminer la longueur et la perte globale du lien. Cela correspond à une certification de niveau I selon l’ISO 14763-3

Q : Peut-on effectuer un test OTDR sans bobines amorces ?
R : Cela n’est pas conseillé car les bobines amorces permettent d’éliminer la zone morte d’atténuation (évite à l’OTDR d’être aveuglé) et permettent de qualifier le connecteur de début et de fin de lien

Q : Est-il possible de raccorder une fibre optique de verre sans outillage spécifique
R : Non, le raccordement de la fibre optique nécessite un outillage spécifique

Q : Peut on raccorder un connecteur de marque X sur un câble de marque Y
R : Les composants sont logiquement interopérables ; Attention toutefois aux mauvaises associations de type câble OM2, connecteur OM1

Q : Peut-on tirer un câble optique en tirant directement sur les brins ?
R : Non, les câbles optiques sont dotés de renforts périphériques qui doivent être utilisés lors du tirage du câble

Q : Existe-t-il des méthodes de raccordement de la fibre optique simplifiées ?
R : Oui, les méthodes d’épissurage ou de connecteurs pré fibrés en sont des exemples

Q : Faut il nécessairement utiliser des abrasifs avec la méthode de raccordement par connecteurs pré fibrés ? (ex : AMP Lightcrimplus, NPC 3M, Corning UNICAM)
R : Non, c’est un des avantages de cette méthode

Q : Pourquoi basculer sur un mode de raccordement par épissure fusion
R : Lorsque le nombre de connexions devient plus important, la soudure permet un gain de temps et de productivité

Q : Les connecteurs APC (contact physique angulaire, ex SC/APC) peuvent ils être multimode ?
R : Non, les connecteurs à férule de type APC sont exclusivement des connecteurs pour fibre monomode

Q : Dans quels cas utilise-t-on des connecteurs à férule de type APC ?
R : Les connecteurs de type APC minimisent les réflexions du signal vers la source. Ils sont utilisés notamment avec des multiplexeurs vidéo sur fibre car la dynamique des sources est souvent importante. Ils évitent ainsi que le signal n’aveugle la source par la réflexion causée par la première connexion.

Q : Peut-on mettre en œuvre des connecteurs APC avec une méthode d’encollage et des abrasifs standards ?
R : Non les connecteurs APC peuvent être mis en œuvre avec une polisseuse automatique et des abrasifs spécifiques

Q : Quelle est la différence entre une fibre multimode et une fibre monomode ?
R : La fibre monomode a un diamètre de cœur de 9µm permettant à un seul mode lumineux, (parcours unidirectionnel de la lumière) appelé fondamental, de circuler. La fibre multimode est constituée d’un cœur de 50µm ou 62.5µm qui induit un parcours sinusoïdal de l’onde lumineuse et donc la propagation de plusieurs modes lumineux. La fibre monomode permet d’atteindre des débits plus élevés que la fibre multimode et ce sur des distances plus importantes.

Q : Combien de fibres faut il prévoir pour une communication à 1Gbt/s entre 2 commutateurs
R : Les réseaux Ethernet sur fibre optique travaillent sur le principe half-duplex. Ce qui signifie qu’une fibre est utilisée pour un sens de communication unique. Pour que la communication se fasse dans les 2 sens (émission + réception), il est nécessaire d’utiliser 2 fibres optiques au minimum.

Q : Lors d’une installation faut-il conserver une réserve de fibre ?
R : Il est conseillé de conserver une réserve de fibres de l’ordre de 50%. Ceci évite un retirage de câble si une des fibres utilisée est défectueuse. Par exemple, tirer un câble 4 fibres pour en utiliser 2 et en laisser 2 en réserve.

Q : A quoi correspond la fibre POF (ou FOP) ?
R : Le sigle POF (Plastic Optical Fiber) désigne la fibre optique plastique (à contrario de la fibre de verre). Elle est utilisé pour des applications très courtes distance, telles que l’éclairage, système électronique embarqués, milieux médicaux.

Q : Sur le résultat de test OTDR, un pic d’atténuation (réflexion de fresnel) est constaté alors qu’aucune connexion n’est présente à cet endroit du lien, comment l’expliquer ?
R : La réflexion et la perte due à la réflexion peuvent être dus à une macro-courbure ou une casse de la fibre. La macro courbure entraine en effet une variation dans l’indice de réfraction du verre et donc un changement de trajet soudain du signal.

Q : Lorsque j’effectue un test OTDR, la mesure de longueur est très différente de la longueur réelle du lien
R : Les OTDR travaillent sur l’indice de réfraction mentionné avant test c'est-à-dire la vitesse de propagation théorique du signal dans le matériau. L’indice de réfraction est exprimé par le rapport entre la vitesse de la lumière et la vitesse de transmission dans le matériau considéré. Environ égal à 1.5, l’indice de réfraction d’une fibre optique peut être obtenu auprès du fabricant ou spécifié sur fiche technique

Q : Que signifie le sigle IL ?
R : La mention IL (Insertion Loss) correspond à la mesure de perte du signal (en dB) traversant un connecteur, une épissure ou un point de connexion

Q : Sur un lien fibre optique quelle est la valeur maximale d’atténuation tolérée par l’EIA/TIA pour la mesure d’un connecteur optique (= couple de 2 connecteurs + raccord)
R : 0.75 dB

Q : Y’a-t-il un standard définissant les procédures de test terrain des réseaux tertiaires à fibre optique ?
R : Oui, l’ISO 14763-3 par exemple

Q : Puis-je utiliser des bobines amorces OM3 pour le test OTDR d’un lien OM2 ?
R : Oui, les 2 fibres ayant un cœur identique de 50µm

Q : Quelle différence y’a-t-il entre un connecteur SC et un connecteur SC/PC ?
R : Généralement aucune, SC/PC étant la dénomination complète (Subscriber Connector Physical contact)

Q : Quelles sont les différences entre les connecteurs SC/PC, SC/UPC, SCAPC ?
R : Selon le suffixe, le niveau de polissage est différent et engendre un niveau de réflexion du signal différent (important sur les réseaux monomodes) : SC/PC (Physical contact) Réflectance ? -40dB SC/UPC (Ultra Physical contact) ? - 50dB SC/APC (Angled Physical contact) ? - 65dB * Plus la valeur absolue est grande, plus la proportion de signal transmis est grande

Q : Les raccords LC peuvent-ils être insérer dans les perçages d’un tiroir SC ?
R : Oui, l’encombrent d’un raccord LC duplex est identique à l’encombrement d’un raccord SC simplex – Idem entre le raccord LC Quad et SC duplex

Q : Pourquoi utiliser des mandrins lors d’un test de photométrie en multimode ?
R : Plusieurs modes lumineux se propagent dans les fibres optiques multimodes mais les temps de parcours des différents modes sont différents. Pour réduire ces écarts et adapter la mesure, on enroule les cordons de test autour de mandrins.
 
  CONECTIS LESQUIN - FRANCE     CGV    Mentions Légales